pionniers-concept-agence-immobilière

invention du concept "agence immobilière"

Les pionniers du concept de l'agence immobilière :
John Arthur et William Tiffen

La première pierre de la première agence immobilière a été posée par M. John Arthur, en 1818, concept qui va rapidement prospérer, des agences indépendantes, réseaux et syndicats professionnels vont vite essaimer dans son sillage.
 
John Arthur, ex-négociant en vin, banquier, loueur de voitures à chevaux, a donc créé la première agence immobilière à Paris, rue de Castiglione. Sujet de sa majesté britannique, installé à Paris, il eût l’idée d’organiser et faciliter les séjours en France, à la demande exponentielle de ses compatriotes. 
 
En 1884, le premier journal d’annonces immobilières fût inventé.
En 1892, l’un de ses associés, William Henri Tiffen lui racheta ses parts et l’agence devint « John Arthur et Tiffen ».

Historique des transactions immobilières

Le plus ancien métier du monde, depuis l’antiquité…

En effet, l’on peut trouver des traces de prémisses de gestion foncière et immobilière et donc de marqueurs liés au métier d’agent immobilier et administrateur de biens, aussi ancienne que la propriété immobilière, pendant le période de l’Égypte Antique.
En effet, les scribes égyptiens avaient notamment pour mission, de recouvrer des loyers pour le compte des pharaons.
 
Consécutivement à la fin du nomadisme global, la vie s’est organisée autour d’un lieu fixe : la cité rassemblant une communauté d’intérêts, dotée de pouvoirs civils, religieux et militaires.
 
Des transactions immobilières existaient à Babylone, Nivine et Rome, la cité aux 7 collines, attractive, car agrémentée d’un grand confort et tous ses habitants, dotés du statut de citoyens romains.
 
En France, dès le Moyen Âge, un début de structuration de la profession fût mis en place à travers le métier de « courtier » ou « couratier », au XVIIe siècle, des « bureaux d’adresse » voient le jour pour réaliser des transactions.

Réglementation et lois

En 876, Charles II introduit la notion de viager, d’ailleurs le sultan Andrian Souli de Mayotte vend son île en viager, en 1841, contre une rente de 1000 piastres.
 
En France, dès le Moyen Âge, un début de structuration de la profession fût mis en place à travers le métier de « courtier » ou « couratier », au XVIIe siècle, des « bureaux d’adresse » voient le jour pour réaliser des transactions.
 
Une existence légale de cette profession vit le jour, en 1807, intégrée par le code du commerce, la chambre syndicale des agents immobiliers et ses premières règles déontologiques furent créées en 1921. La FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier), vit le jour en 1946. 
 
La matrice de notre cadre juridique réglementaire d’aujourd’hui a pour origine la loi Hoguet de 1970. Le métier d’agent immobilier répond, depuis, à cette définition : « toute personne physique ou morale, qui exerce à titre habituel ou accessoire, se livre ou prête son concours aux opérations portant sur le bien d’autrui (transaction ou gestion, portant sur les immeubles ou fonds de commerce) ». Dans la foulée, la carte professionnelle, véritable sésame de la profession, a vu le jour et constitue aujourd’hui, la pierre angulaire de toute activité immobilière légale.

Il est à noter que l’agence  » John Arthur et Tiffen » a pignon sur rue, encore aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page